Trois questions à Pascal Angenault, rédacteur en chef adjoint de Paris St-Germain

L'ancien 100% PSG change de nom et de formule et devient le magazine Paris Saint-Germain. Une transformation expliquée par son fondateur et rédacteur en chef adjoint Pascal Angenault.

 

Au-delà du changement de nom, que propose cette nouvelle formule du bimestriel ?

Dans le contexte d'évolution de l'image du Paris Saint-Germain, le magazine évolue vers une formule plus classe et plus aérée. Cela passe notamment par moins de couleurs vives, une maquette plus épurée. Il y a plus de place pour de belles grandes photos, moins de texte : on évolue davantage vers un bel objet.

Avec l'arrivée de Jérome Touboul, ancien de L'Equipe, à la communication du PSG et l'implication du club, nous allons plus loin dans nos investigations et dans la valeur ajoutée des intervenants. Par rapport à d'autres médias, nous avons un accès privilégié au terrain, à l'entraînement et même à l'avion des joueurs. 

 

Quelle est la part de la vente au numéro dans la distribution du magazine ?

C'est difficile à dire précisément, mais ce qui est sûr c'est que la vente au numéro est largement majoritaire. Nos résultats de vente sont par ailleurs très dépendants des résultats du club, c'est pourquoi nos essayons de faire moins de sujets sur les matchs en soi et plus de sujets transversaux pour se détacher de cette dépendance.

 

Le public-cible est-il uniquement constitué des fans les plus fidèles ?

Notre lectorat est difficile à cerner; Je pense qu'avec notre nouvelle formule nous allons davantage vers un public plus large, peut-être un peu moins populaire. Nous évoluons avec le club et son image. Nous nous adressons aussi aux enfants, notamment avec notre traditionnel hors-série de posters qui sortira en décembre.