https://www.unionpresse.fr/sites/default/files/images/advertisement/FDJ_2404_HABI_SITE_1700x1000.jpg
180

Le bénéfice net de la Française des Jeux trouve le chemin de la croissance

FDJ

La Française des Jeux continue sa marche en avant. En attendant le rachat de l’un des principaux opérateurs mondiaux de jeux en ligne Kindred Group, le géant français des jeux d’argent a dévoilé des résultats financiers au beau fixe pour l’année 2023, avec 2,62 milliards d’euros de chiffres d’affaires, en hausse de 6,5 %. En excluant les rachats de ZEturf et de la loterie irlandaise, ce dernier progresse de 2,8%. "Le groupe a franchi en 2023 une étape majeure dans la mise en œuvre de sa stratégie avec la finalisation de l'acquisition de Premier Lotteries Ireland et de ZEturf", a indiqué au cours d’une conférence de presse la présidente du groupe Stéphane Pallez, saluant "la poursuite de notre développement sur de bases solides". La FDJ enregistre un nouveau bénéfice net de 425 millions d’euros, (+38 % sur un an), et des mises globales proches des 21 milliards d'euros.

Soutien à son principal canal de distribution

Du côté de son réseau physique, la FDJ est "attachée à miser sur la performance" de son cœur de métier", selon Stéphane Pallez. Le Groupe a permis par son activité de créer ou pérenniser 56 000 emplois en France, dont 21 800 dans le réseau de bars-tabacs-presse.

En douze mois, 27 millions de joueurs sont revendiqués dont cinq millions en ligne. Le produit net des jeux progresse de 3,9%, s’établissant à 2 481,4 millions d’euros.

Conscient de l'importance du jeu responsable, la FDJ a tenu à confirmer son intention de promouvoir davantage un environnement de jeu sûr chez les mineurs. Elle a investi 10 millions d’euros dans la prévention du jeu chez les mineurs pour la période 2023-2027, par le biais de l'association ARPEJ.

Pour la Loterie, elle présente des résultats solides, affichant un chiffre d'affaires de 1 938 millions d’euros, en progression de +1,1 % et de +4,9 % hors Euromillions et Amigo. Une situation qui s’explique par le succès de l’animation du portefeuille de jeux instantanés, tels les lancements et relancements de Carré Or en janvier, Club Color en mars, As de Cœur en octobre et Mission Nature en novembre, mais aussi un attrait considérable pour EuroDreams, en partenariat avec huit loteries européennes. En revanche, la nouvelle formule d’Amigo, initialement avec un tirage toutes les cinq minutes, a subi un contrecoup. Depuis son relancement, son activité est stabilisée sur un niveau en baisse de l’ordre de -25 % par rapport à la même période de 2022.

Un champion européen

Concernant le projet d’acquisition de Kindred, annoncé fin janvier, le premier opérateur de jeux d’argent et de hasard en France a répété sa confiance concernant une finalisation de l’opération, qui permettrait de conclure la transaction "au 19 novembre au plus tard ", a détaillé la dirigeante.

L’offre publique d’achat, qui doit donner naissance à un champion européen, reste subordonnée à l’obtention des autorisations réglementaires vis-à-vis de l’Autorité de la concurrence, de l’Autorité suédoise de supervision des marchés financiers et à la "modification des statuts de Kindred pour autoriser une procédure de retrait obligatoire en cas d’acquisition de la FDJ d’au moins 90% du capital", indique la FDJ.

En 2024, le groupe tricolore vise une progression de son chiffre d’affaires de l’ordre de +5% en France. Au global, la croissance du chiffre d’affaires serait environ de +8%. L’année sera notamment marquée par de nombreux événements sportifs importants (Coupe d’Afrique des Nations, UEFA EURO 2024, Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024) et la mise en place d’une nouvelle organisation afin de "bénéficier pleinement du potentiel du rapprochement avec ZEturf", selon un communiqué.