https://www.unionpresse.fr/sites/default/files/images/advertisement/newsletters-Fubuki-F6F_1700x1000.jpg
180

Métal Hurlant invite les sorcières

Metal Hurlant

La galaxie foisonnante de Métal Hurlant retourne dans le passé. Le premier magazine de bande dessinée fait par des femmes, pour des femmes Ah!Nana (Codif : 11561 ; Prix : 19.95 €) vit sa seconde vie dans un numéro hors-série de près de 300 pages.

Le pendant féminin de Métal Hurlant fait redécouvrir le travail intemporel et introuvable des pionnières de la presse et de la BD. L’ambition est de « faire découvrir aux jeunes générations qu’il y a près de 50 ans, il existait un espace de liberté incroyable pour les autrices de bande dessinée », explique Cécile Chabraud, éditrice de Métal Hurlant, dans une interview de Grazia.

Métal Hurlant lui rend hommage en convoquant des personnages iconiques comme le Brigadier Andy Gang de Chantal Montellier. Les œuvres de Cécilia Capuana, Keleck, Nicole Claveloux ou Olivia Clavel sont mises à l’honneur.

Les bandes dessinées ne sont pas seules. Elles sont accompagnées d’une partie rédactionnelle importante. La revue s’articule autour d’un article sur l’histoire d’Ah!Nana et de son interdiction, des interviews de Chantal Montellier, Nicole Claveloux, Janic Guillerez ou Trina Robbins, la retranscription d’une table ronde sur la place des femmes dans la bande dessinée avec Elizabeth Holleville, Jeanne Puchol, Pixel Vengeur, Florence Cestac, Brouette Hurlante et Vincent Henry.

Ah!Nana avait lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Kiss Kiss Bank Bank. Un premier objectif avait permis d’atteindre le palier des 500 préventes. À l’heure où nous écrivons, la campagne a récolté 1350 préventes et totalise 1304 contributions.

Créé en 1976 par Janic Guillerez, alors directrice artistique des Humanoïdes Associés, Ah!Nana a bousculé les conventions et donné un espace de liberté à des autrices de renom, Chantal Montellier, Florence Cestac, Nicole Claveloux, Trina Robbins. De grandes voix sont aussi intervenues telles que Paula Jacques ou encore Agnès Varda. Avec seulement neuf numéros, parus entre 1976 et 1978, Ah!Nana était interdit à la vente pour les mineurs, lui interdisant l’accès dans les points de vente.